Catane

Une fois franchis les derniers kilomètres qui nous séparaient encore du bac, nous posons les pieds en Sicile.

Notre premier objectif est la ville de catane d’où nous envisageons d’aller découvrir l’etna et ses alentours.

Nous arrivons vers 18h à un camping surplombant une falaise noire de roches volcaniques. Tout en bas de cette falaise, là où les vagues viennes terminer leur course, se cache une petite plage privée. Elle doit faire 15 mètres de large et 10 de profondeur.

Entièrement en pierre de lave, son seul accès est un ascenseur vétuste descendant dans la paroi et débouchant via un petit tunnel sur cette plage.

Y accéder nous donne l’impression d’être batman descendant à sa bat cave… Sauf que notre descente se fait en maillot de bain, palmes et tubas à la main, c’est un peu moins romanesque…

Les garçons et moi partons explorer les fonds marins pendant que les filles restent sur les chaises longues.

Cette plongée est superbe. Le fond de l’eau est recouvert de roches volcaniques sur lesquelles de nombreuses espèces vivantes prolifèrent. Nous y observons le repas d’un petit banc de poissons, tentant tous de dévorer un oursin que nous avions malencontreusement retourné avec nos palmes.

En sortant de l’eau pour échanger les rôles, les filles se sont couvertes avec les serviettes et nous apprennent qu’il y a de nombreux moustiques et qu’il faut mieux rentrer.

De retour à la caravane, le temps que nous préparions à manger, les enfants jouent dehors. Lorsqu’ils reviendront pour manger, soit un petit quart d’heures plus tard, ils seront couverts de piqûres de moustiques, Elioth en contera plus de 70 juste sur ses jambes et ses bras…

Nous nous endormons donc, bercés par les odeurs d’huile essentielle de lavande aspic largement utilisée ce soir.

Le lendemain, nous partons pour la ville de catane afin de découvrir son marché et ses rues pavées de roches noires volcaniques.

Il y a plusieurs marchés à catane, nous choisissons celui situé sur la place de la statue de l’éléphant.

On y trouve de nombreux stands de poissons, fruits, légumes, viande exposée et suspendue à l’air au milieu du marché, proche des yeux et du nez des passants et loin des normes européennes…

L’ambiance dans ce marché est extraordinaire, elle rappelle celle des souks africains. Tout le monde ici semble se connaître, les vendeurs et les acheteurs s’embrassent, discutent, négocient. C’est un ballet de couleurs, de sons et d’odeurs. Les gens parlent fort en faisant de grands gestes, s’esclaffent… Nous passons des odeurs de poissons aux odeurs de fruit, abricots, péches, raisin…

Je pense qu’on pourrait y passer la journée, assis, a regarder et écouter, ou simplement ressentir la vie de cet endroit.

Mais nous en repartons tout de même au bout de quelques heures et allons explorer d’autres endroits de la ville.

Les rues et certains bâtiments sont en pierre de lave noire et donnent à la ville un visage sévère et dur.

Cependant, des bâtiments finement sculptés viennent adoucir les traits de certains quartiers.

Nous arrivons finalement à un parc dont la fraîcheur vient trancher avec la chaleur des rues de la ville.

L’endroit est désert, nous nous promenons comme au lendemain de la fin du monde, croisant tout de même quelques habitants survivants…

Après cette promenade, nous repartons vers le camping dans l’espoir de profiter un peu plus de la plage aujourd’hui.

Malheureusement, les moustiques sont encore plus nombreux qu’hier, ce qui nous incite à rester à l’abri dans la caravane toute la soirée.

Nous devions rester 3 ou 4 jours ici et aller randonner sur l’etna mais cette randonnée nous a été déconseillée à plusieurs reprises et les moustiques gâchent le plaisir.

Nous changerons donc nos plans et partirons des demain vers le nord. Nous y trouverons un camping dans la région de cefalù qui nous permettra de visiter Palerme facilement.

1 commentaire sur “Catane

  1. après arles il y a un petit village qui s appelle ayrens : pas besoin de détacher la caravane ça passe puis il y a les marais poittevins puis une merveille ; le mont st michel puis comme le cap nord, le cap de jobourg a bientot grosses bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *