Fin de la route

Cette fin débute par une étape sur le rocher de Monaco.

Nous avions prévu de nous garer dans une ville voisine et de rejoindre Monaco en train ou en bus afin de faciliter nos déplacements sur le rocher. Cependant, je n’ai pas su résister à l’envie de faire rouler notre vielle embarcation fatiguée aux côtés de toutes les ostentatoires voitures de sport flambant neuves, et nous nous sommes lancés à l’assaut du rocher avec la caravane.

Le chemin menant au palais n’est pas de tout repos pour un véhicule de 12 m de long. A chaque carrefour que voudrait nous faire emprunter le GPS, se dresse un panneau interdisant l’accès aux véhicules de plus de 10m. Ainsi, de recalcul d’itinéraire en recalcul d’itinéraire, l’œil rivé sur la route à sucre, nous nous frayons un chemin en tentant de ne pas confondre maladroitement une Ferrari 488 avec un ralentisseur… Pas si facile…

Nous finissons par suivre la route des autobus. Celle qui suit les grands axes pour aboutir forcément au parking du rocher. Seul parking où laisser un véhicule de notre taille ici. Les gardiens nous laissent nous garer entre les bus de touristes et nous facturent 84 euros le stationnement…

Heureusement, aujourd’hui c’est la journée du patrimoine et tous les musées sont gratuits cela compensera un peu le parking.

Nous commençons donc notre visite de Monaco par un petit quelque chose très attendu par les enfants et surtout de Charlie : la collection de voitures du prince.

Après quelques rêveries déambulant entre toutes ces voitures mythiques, nous choisissons chacun celle avec laquelle nous repartons.

Malheureusement, n’ayant pas la place de toutes les loger dans la caravane, nous ne sommes pas répartis avec…

Nous visiterons ensuite le jardin botanique qui nous offrira une superbe vue sur toute la ville et son port, disons… Pittoresque…

Du jardin botanique, nous allons ensuite au musée d’anthropologie pour y admirer le squelette du fameux mammouth décongelé des glaces russes il y a quelques années.

Il est réellement majestueux, pour se donner une idée de la taille, il faut savoir que le petit squelette sur la droite de la photo est celui d’un ours…

Malheureusement, en chemin les enfants se firent attaquer par un dinosaure en liberté et nous dûment batailler longuement afin de les récupérer…

Pour nous remettre de cette aventure préhistorique, nous mettons le cap vers le futur en prenant la direction du casino. L’objectif de la visite du casino est de s’approcher du parking pour y voir le plus grand nombre de voitures de luxe possible.

Toute la rue menant au casino est bordée de boutiques de luxes, d’hôtels, de restaurants 3 étoiles…

Tout le monde ici se promène en robe de soirée, en costume…

Heureusement que nous sommes présents pour représenter la mode du short / claquettes qui semble avoir été lâchement délaissée ici.

N’osant pas entrer ainsi attifés, nous décidons d’envoyer Jenna, la seule d’entre nous élégamment habillée, à l’assaut du casino afin qu’elle y prenne quelques photos. Discutant avec les vigiles, elle nous obtiendra le droit d’entrer malgré nos mines de voyageurs sur le retour.

Pour la décoration intérieure, les architectes du casino ont vraiment su rester simples. Il faut savoir que l’or et le marbre forment une base de deco plutôt passe partout. C’est une astuce à garder pour chez soi…

Nous finirons ensuite notre promenade monegasque par un passage devant le palais avant d’aller dîner dans ce qui sera notre dernier restaurant du voyage.

Le soir, nous reprenons la route et prenons la direction de la région de Toulon où nous passerons quelques jours chez la famille de Jenna.

Séjour très reposant, bercé par le doux son des cygales, nous rechignerons à reprendre le 4×4 pour visiter la côte et préférerons aller au cinéma et nous réhabituer à la vie française, nous replonger dans la cohue, dans le plaisir incipide de la consommation, dans l’immoralité du made in China… Bref, on a fait du shoping…

Nous visiterons tout de même le charmant village du castelet, presque désert à cette période de l’année.

L’arrêt suivant se fera dans le cantal pour rendre visite à notre famille des montagnes, les gens étranges de la vallée de mandaille…

Nous y redécouvrons aussi le froid et la pluie, un déluge s’abattant sur nous en franchissant le panneau « cantal » comme lorsque kad merad arrive dans le nord pas de Calais.

Notre journée aura nécessité l’utilisation de la climatisation dans la matinée et du chauffage dans l’après midi…

Nous en profiterons de ces quelques jours pour nous promener dans la vallée des singes. Superbe expérience à partager avec les enfants. Ce sont les mêmes espèces que ceux que nous avions pu approcher l’année précédente dans la forêt des cèdres du Maroc mais en moins sauvages et moins craintifs.

Juste à côté, nous profitons de l’occasion pour descendre dans les entrailles de la terre par le gouffre de padirac. Cela ne manque pas de nous rappeler le voyage au centre de la terre que nous avons lu tous ensemble durant le voyage. Nous y observons les roches, leur changement de couleurs, de formes, les formations de stalactites et stalagmites, les lacs souterrains…

C’est une visite magnifique et totalement incroyable. Se promener en barque sur un lac à 80m sous terre est une sensation magique qu’il faut avoir vécu.

La dernière visite de notre escale cantalienne sera le parc des loups de guéret où nous pouvons observer les loups évoluant dans une semi liberté.

Nous les voyons jouer, se battre, se nourrir, le bruit d’une meute de loups courant vers nous a toute allure nous glace le sang malgré la présence du grillage. Chaque impact de leurs pattes durant leur course fait trembler le sol et témoigne de leur poids et de leur musculature.

Cela fascine les enfants et Émilie passera sa visite à tenter de dessiner tout ce qu’elle y voit.

Nous comprenons désormais sans mal pourquoi cet animal est la terreur des contes et légendes de notre enfance. Imaginer ce bruit, il y a un siècle ou deux, se promener autour d’une frêle maison en bois, faisant vibrer les murs… C’est effrayant.

Heureusement pour nous, nous avons délaissé la maison en bois il y a longtemps et sommes passés à l’heure de la caravane tractée par 170 chevaux. Cela nous permettra de mettre un peu de distance entre eux et nous avant la nuit.

Le lendemain, nous effectuons notre dernier arrêt du voyage à la roche sur yon où nous passerons deux jours chez une des meilleures amies de Jenna.

De là, nous sommes à un saut de puce de la maison. Lorsque nous reprendrons la voiture, nous arriverons chez nous tout juste 4h plus tard clôturant ainsi notre boucle de 32000 kilomètres, consommant 4800 litres de diesel… On est déjà sur de la bonne balade…

2 commentaires sur “Fin de la route

  1. Bonjour,
    N’hésitez pas à nous contacter pour témoigner de votre voyage lors du prochain SVA en avril proche de Nantes !
    Amicalement,
    Jacky COLIN – 06.11.03.36.76

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *