Rome/Vatican/..

Pour le Vatican, on nous a conseillé d’arriver en tout début d’après midi car les visites guidées de groupe sont plus souvent présentes le matin.

Cela nous va très bien, nous pouvons prendre le temps de nous lever doucement et après un tour de train puis de métro, nous arrivons au Vatican et posons les pieds sur la place Saint Pierre pour midi.

Nous ne savons pas trop dans quel sens le prendre. Comme à notre habitude, nous n’avons pas vraiment préparé la visite (et oui, ils ne vendent pas de glaces ici) donc nous prenons suite dans la première file d’attente devant nous sans vraiment savoir où elle va.

Cette attente est pour l’entrée dans la basilique. La visite est gratuite, la queue avance vite, et en quelques minutes nous sommes rentrés…

Enfin presque…

Il se trouve que Jenna, en jeune gourgandine, a osé venir au Vatican avec un débardeur dont la longueur des manches ne couvrait pas suffisamment les épaules. Elle se retrouve donc refoulée à l’entrée aux côtés de plusieurs autres femmes, toutes surprises par le zèle de ce jeune vigile alors que d’une autre entrée passaient de jeunes filles en mini short et mini débardeur.

Étant entré avec les enfants, nous tentons d’aller faire un tour à la boutique de souvenirs et y dénichons un superbe châle, magnifiquement décoré des œuvres religieuses du Vatican. Cela suffira à couvrir le centimètre de tissu qu’il manquait et la visite put commencer.

Nous observons ces œuvres avec un œil critique technique, voire historique et déjà, cette visite est bouleversante par la richesse de ce que nous voyons. A travers les yeux émerveillés des personnes qui nous entourent, nous imaginons à quel point tout cela doit être grandiose lorsque l’on est croyant.

Après avoir visité l’intérieur de la basilique, nous descendons vers les tombes des papes et de Saint Pierre puis décidons de monter au sommet du dôme.

L’ascension est un peu sortive mais la vue au sommet vaut tous les efforts.

Une fois redescendus, nous allons vers la sortie et nous arrêtons quelques minutes devant un garde, imperturbable, se tenant droit sans bouger malgré les efforts des touristes pour faire vaciller sa détermination.

Quelques mètres à côté de ce garde, se trouve la sortie de la visite de la basilique. Sortie gardée, où il est absolument interdit de faire demi tour. Ce détail à son importance car une fois sortis, nous nous apercevons que Émilie est restée assise sur les marches les yeux dans le vague à regarder le garde. Elle ne nous voit pas et ne s’est pas rendu compte que nous sommes sortis. Ne pouvant pas rentrer pour aller la chercher alors qu’elle était à 7 ou 8 mètres… Je dus demander au garde qui surveillait la sortie d’aller la chercher mais ne pouvant quitter son poste, il sera obligé de passer un appel radio pour qu’un autre garde vienne chercher Émilie et la conduise à la sortie…

Après cette péripétie, il nous a semblé que c’était le bon moment pour faire une petite pause et grignoter quelque chose.

Après avoir repris des forces, nous cherchons un peu partout l’entrée de la chapelle Sixtine, avant de comprendre qu’elle fait partie de la visite des musées du Vatican. Il nous faut donc ressortir, faire le tour du Vatican et y entrer par une autre entrée.

Cela nous fait arriver à 15h45 et l’entrée ferme à 16h. Le point positif c’est que personne ne commence sa visite si tard normalement et nous n’avons pas une seule minute d’attente.

Lorsque l’on se projetait dans la visite du Vatican, nous pensions que nous serions seulement intéressés par la chapelle sixtine. Nous ne pensions voir dans ces musées que des ornements religieux qui auraient eu du mal à susciter notre intérêt.

Mais le chemin qui mène à la chapelle, fait le tour des musées du Vatican et ces musées sont remplis d’un nombre incalculable de vestiges d’autres pays que l’église à récupéré au cours des siècles et la visite devient vite passionnante.

On peut apprendre grâce à ces statues que les romains étaient bien plus avancés que les Grecs car ils avaient fait un premier pas vers l’invention du slip (qui révolutionnera le monde quelques années plus tard lorsqu’il sera inventé, comme chacun sait, par Monsieur DIM) en inventant la feuille collante.

Après de longs couloirs et de grandes salles tous décorés de tableaux, de tapisseries, d’or et d’objets précieux, nous finissons par accéder à l’entrée de la chapelle.

Ici, les gardes tentent vainement de maintenir un semblant de silence et d’ordre. Mais tout le monde parle et le brouhaha constant nuit au recueillement nécessaire pour apprécier le lieu.

Chaque scène peinte sur le plafond nécessiterait d’être observée en détail mais tout le monde pousse et bouscule. Rapidement nous avons la sensation d’être dans la fosse d’un concert et cela gâche grandement la visite.

Néanmoins, j’ai pu réaliser un de mes objectifs de visite et découvrir le sol de la chapelle sixtine qui est un ouvrage magnifique de mosaïque et sans doute une des œuvres les moins appréciées du Vatican car en entrant dans cette chapelle, personne ne regarde ses pieds…

Une fois sortis de la chapelle, la visite se termine sans possibilité de retour.

Il est encore tôt et nous décidons de refaire un petit tour de métro pour retourner manger une glace. Après tout… Nous ne reviendrons sans doute pas ici avant des années…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *