Finlande

La suite de la Finlande est un peu monotone, il faut bien l’avouer.

Des routes droites à travers des forêts immenses. Pas de montagne, des marais en guise de lacs…

Nul doute que nous passons à côté de belles choses mais nos recherches sur les forums de voyages concernant ce qu’il y avait de beau à visiter en Finlande l’été restent infructueuses.

Tout semble dédié au tourisme hivernal et nous croisons bon nombre de sportifs s’entraîner avec des skis de fond à roulettes comme si l’été ne servait qu’à attendre l’hiver.

Et puis, qui dit marais et forêts épaisses, dit moustiques… Chaque arrêt doit s’accompagner d’infinies précautions pour ne pas les laisser entrer dans la caravane. Et pour ceux qui sont entrés, car il y en a toujours qui rentrent, c’est une lutte sans merci avec d’un côté les moustiques tentant hâtivement de se dissimuler sur les murs blancs et de l’autre, l’œil acéré de Jenna, raquette électrique à la main.

Peu d’entre eux survivent, la raquette étant impitoyable. Mais pour le peu d’élus qui passent à travers les mailles du filet, la récompense est au rendez vous. Devant le choix qui s’offrent à eux, les moustiques nous prouvent une fois de plus qu’ils ont un goût très sûr en ne s’abreuvant que sur Émilie ou sur moi délaissant totalement les autres.

La route file donc tout droit vers le sud. Aucun changement de voie. À la manière de la E5 qui traverse l’Espagne du nord au sud, la E75 est une ligne droite qui fend le pays en deux.

Pendant cette traversée nous recevons des nouvelles de nos visas. La société action visas qui s’en occupe à plus d’un mois de retard sur les délais annoncés et un service client désastreux mais passons… Nos visas sont enfin prêts et ont été envoyés en poste restante à l’adresse que nous avions demandé dans le sud de la Finlande. Nous irons les rejoindre à Lappeenranta près de la frontière Russe.

Mais il n’arriveront que courant de semaine, ce qui nous offre le loisir de faire un détour par Helsinki.

Cette ville est décrite par les touristes comme petite et surtout attirante l’hiver. Nous y ferons tout de même une halte avec l’envie de nous faire notre propre idée.

Nous attendant a une ville banale, nous avons été agréablement surpris de découvrir une capitale non pas petite mais à taille humaine, où tout peut se faire à pied. L’ambiance est très agréable, les gens nous aident à nous diriger, nous conseillant sur ce qu’il y a à voir.

C’est sans nul doute une ville ou il fait bon vivre et une des capitales que nous avons préféré visiter durant notre séjour.

Sur la route du retour, nous regardons par curiosité le suivi de colis de nos passeports. Ils sont arrivés à Helsinki cette nuit ! Nous sommes à quelques kilomètres d’eux mais devrons attendre qu’ils partent pour la ville de Lappeenranta où la livraison est prévue. La Russie et la Mongolie approchent à grands pas.

Puis le site se met à jour. Il indique désormais : adresse de livraison incorrecte. Nous contactons donc chronopost qui nous explique qu’ils ne peuvent rien faire car c’est à l’expéditeur de modifier les données de livraison du colis.

Nous contactons donc action visa pour qu’ils contactent chronopost. Ils nous apprennent quelques heures après que c’est désormais la société DHL qui a la charge du colis.

DHL Finlande est injoignable et DHL France explique que c’est certainement l’opérateur qui n’a pas compris l’indication « poste restante ». Ils vont contacter DHL Finlande pour leur expliquer et guider la livraison.

Nouvel espoir que tout rentre dans l’ordre…

Une fois sortis de la ville, nous trouvons un superbe bivouac à côté d’un lac, retournons faire un tour sur le suivi de colis qui indique désormais « retour à l’envoyeur »…

Si les passeports repartent cette nuit pour la France avant que DHL France n’ait pu contacter leurs homologues Finlandais ce sera la fin de l’aventure vers la Mongolie.

Nous nous couchons donc dans le suspens le plus total du dénouement de notre voyage. Nous sommes garés à 19mn du site de tri et de sotckage de DHL où sont actuellement nos passeports…

Nous y feront donc un saut demain à l’ouverture pour tenter de les intercepter s’ils ne sont pas répartis. Si, malheureusement, ils sont déjà sur la route du retour, nous nous repencherons sur les cartes pour dessiner un nouvel itinéraire vers le sud de l’Europe.

De toute façon le voyage continue. La destination visée n’est pas ce qui importe le plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *