Crime à la piscine…

Début de journée dans le calme de la froideur suédoise. La journée s’annonce maussade. Il fait encore beau, enfin, quelques rayons de soleil tentent encore timidement de percer le plafond nuageux de plus en plus epais.

Après un petit déjeuner tardif, le constat est posé. Il va pleuvoir, on a rien pour se doucher, rien pour faire la lessive alors que les dernières paires de chaussettes propres ont été dégainées ce matin et toute promenade semble proscrite à moins de vouloir ajouter des changes trempés à faire sécher à la liste de linge…

Cherchant, que faire, Elioth a l’idée d’aller à la piscine. C’est à 6km et cela répond à une bonne partie des besoins. Douche, occupation, et même lessive dans l’évier des toilettes si on arrive à faire passer notre sac de linge sale en douce.

Sur ce férié elle est ouverte de 10 à 16h, nous nous y rendons donc dès 11h.

Les vestiaires hommes et femmes sont séparés. Nos vestiaires ne ferment pas à clef. Il est d’usage d’emmener son propre cadenas pour verrouiller son casier mais nous n’en avons pas.

Déjà, à ce moment là, je commençais à regretter de ne pas avoir laissé ma carte d’identité et les cartes de crédit à la caravane. La clio que nous avons ne fermant pas à clef, il n’était d’aucun intérêt de retourner y déposer ces affaires.

J’entrepris donc de dissimuler du mieux que je pus mes affaires au milieu du linge sale, me rassurant en me disant qu’un quelconque voleur serait rebuté à l’idée d’aller chercher plus loin et qu’ils n’irait certainement pas fouiller dans tous les casiers sans cadenas de toute façon.

Nous voilà donc partis pour 2h de piscine pour 140SEK soit à peine 14euros pour 5. Toboggan, jacuzzi, hammam…

Les personnes que nous y croisons y viennent avec leur pique nique et mangent en maillot sur de petites tables à deux pas des bassins entre deux séances de jacuzzi.

Les enfants sont ravis, il est près de 14h nous décidons de sortir de l’eau pour rentrer manger.

Arrivant dans les vestiaires, je fus très surpris de voir deux individus, patibulaires (mais presque) se promener tout habillés, en chaussures, faisant des aller retour aux toilettes.

N’y prêtant guère plus d’attention, nous prenons nos douches puis allons au vestiaire prendre nos affaires et allons nous changer.

Nous sortons de la cabine juste à temps pour voir ces deux personnes sortir par la sortie de secours. Étonné mais sans vraiment comprendre pourquoi nous retournons dans la partie vestiaires pour découvrir tous les cadenas coupés au coupe boulons et des affaires éparpillées.

Nous descendons à l’accueil chercher la personne à qui nous avions acheté les tickets d’entrée, lui demandant de nous suivre pour qu’il constate le crime.

Il semble dépité mais guère surpris. Sans comprendre un mot de suédois il m’a semblé entendre dans sa gestuelle un :  » ça commence à bien faire tout ces vols, il va falloir qu’on trouve une solution pour condamner cette sortie de secours, moi je n’ai pas signé pour être gardien si ça continue comme ça je vais rendre mon tablier (ou mon maillot de bain en l’occurrence), je vais de ce pas en parler à ma responsable afin que des mesures soient prises au plus vite car cela rend la vie de nos amis les baigneurs insupportable « … Ou quelque-chose approchant… À deux ou trois mots près…

Il redescendra sans poser plus de questions me laissant le loisir de faire ma lessive dans l’évier des toilettes…

Sortie de la piscine, nous racontons l’incident aux filles qui nous rejoignent et marchons en direction de la voiture.

Nous fûmes alors arrêtés sur notre chemin par…. Un paon.

L’animal se promenait tranquillement sur la parking sans que cela ne paraisse anormal aux passants qui le regardaient à peine.

Retour à la caravane, repas, repos, jeux de société, lecture. Une bonne fin d’après midi avec pour seule musique le bruit de la pluie tombant à grosses gouttes sur les parois de la caravane pour mettre fin à une journée pleine de surprises.

3 commentaires sur “Crime à la piscine…

  1. Et il ne vous manquait rien ?

    Toujours bon de se faire hammam, jaccuzi, sauna…

    Bon courage pour la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *