Naadam

Le petit déjeuner était compris dans le prix de la chambre. Nous débutons donc cette journée avec des pancakes, omelette, œufs, bacon, que nous partageons avec les occupants de la maison d’hôtes attenante à l’hôtel et glanons quelques informations sur l’événement à venir auprès d’un couple d’Australiens en vacances ici pour une dizaine de jours.

Le hasard fait que notre hôtel se situe à 600m du stade où se déroule la cérémonie. Cela explique aussi peut être pourquoi il était plein.

Nous rallions donc le stade à pied pour 10h et assister aux cérémonie d’ouverture.

Défilé, discours, danses traditionnelles…

Nous y restons jusqu’à 14h après avoir assisté aux premières manches du tournois de lutte. Ici les règles sont un peu différentes, le premier à terre a perdu. Il n’y a pas non plus de catégories de poids ce qui occasionne parfois certains affrontements étranges opposant un lutteur de 120 kilos à un jeune d’une cinquantaine de kilos qui s’efforce de pousser ou de tirer sur son adversaire qui ne bouge pas, se laisse faire, animé de ce que l’on peut prendre pour de la courtoisie ou du respect, puis finit par pousser le jeune poids plume à terre en un geste.

Une fois le combat terminé, le vainqueur donne une claque dans le bas du dos du vaincu et s’en va faire le tour du drapeau en imitant les mouvements de l’aigle. Encore de belles coutumes à intégrer à la sobriété de la lutte Française.

Selon la légende, ils combattraient torse nu depuis qu’une femme avait osé se grimer pour participer au tournoi et l’avait emporté, au nez et à la barbe de la fierté masculine.

Ces combats de lutteurs en slip étaient un des objectifs principaux des vacances pour les enfants qui seront contents de raconter à leur coach ce qu’ils ont pu observer.

Et oui Medhi, je pense qu’il va falloir revoir les maillots et passer tout le monde en slip rouge et bleu c’est tout de même bien plus joli !

Peu de tir à l’arc, il est possible que le vent se levant ait décalé les épreuves. Nous verrons demain.

Cet événement est pris très au sérieux et personne n’y vient sans avoir sorti ses plus belles toilettes. Les costumes traditionnels très colorés sont magnifiques et on sent la fierté que les Mongols ont à les porter.

La celebration du Naadam est intergénérationelle et nous croisons des familles entières, les aînés arborant leurs décorations du temps où ils étaient champion expliquant aux plus jeunes les règles et coutumes de ces sports.

A l’extérieur du stade, un marché s’installe avec toutes sortes de déballeurs. Au moment où nous sortons nous trouvons de quoi manger et rentrons nous reposer à l’hôtel, juste à temps pour éviter la pluie d’orage qui arrive.

Nous terminerons l’après midi devant un film avant d’aller manger au restaurant de l’hôtel.

Beaucoup de restaurants ces temps ci, mais il est vrai que lorsque l’on mange à cinq pour dix ou quinze euros, il est difficile de se motiver à cuire un plat de pâtes dans la caravane…

3 commentaires sur “Naadam

  1. Coucou tout le monde ; tout d’abord merci pour ces nouvelles de Mongolie .
    Pour ce qui est des tenues de lutte c’est a voir aux prochains championnat 🙂 mais pas sur que cela passe au niveau du comité ni au niveau de la fédération .
    Néanmoins je vous envie d’avoir pu assister à un championnat de lutte traditionnel Mongole ; làs-bas il prennent ce sport trés au serieux et pratique dés leur plus jeunes age . Pas etonnant que la Mongolie soit une grande nation de la lutte mais cette fois au niveau olympique .
    J’aurais aimé voir EMILIE , CHARLY ainsi que ELIOT se frotter a des enfants locaux . Cela aurait pu étre interressant .

    Je vous souhaite encore plein de belles aventures.

    Bises à vous tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *